La lettre d'info

Vaccins

argnLRZEkR-yeZh07Vpgwklayhg.jpg

Pour beaucoup d’entre nous, le chien et le chat sont devenus des membres à part entière de la famille. Nous devons nous protéger des maladies virales transmissibles, il en va de même pour nos compagnons. Les chiens et les chats non vaccinés courent le risque d’être atteints par une maladie infectieuse mortelle. Par une simple vaccination, ils se retrouvent protéger de façon optimale.

Qu’est-ce qu’un vaccin ?

Un vaccin est destiné à se protéger contre certains virus ou bactéries.

Pour fabriquer un vaccin, on utilise une quantité définie de virus ou de bactéries responsables d’une maladie bien précise. Ces virus ou bactéries ont été modifiés afin qu’ils ne soient plus dangereux pour l’organisme.

Comment fonctionne un vaccin ?

Le vaccin est administré, c’est-à-dire que les virus ou les bactéries (appelés antigènes) modifiés sont introduits (injectés) dans le corps. Ils ne provoquent pas la maladie mais stimulent la productions par le corps d’éléments protecteurs appelés anticorps.

Ces anticorps sont spécifiques, c’est-à-dire qu’un virus responsable de la maladie x déclenchera dans le corps la production d’anticorps , de sorte que l’animal sera immunisé contre la maladie x, mais ces anticorps ne protégeront le corps contre la maladie y.

La protection conférée par l’administration d’un vaccin s’amenuise avec le temps et ne peut être restimulée que par une nouvelle vaccination appelée vaccination de rappel.

La vaccination est donc une méthode de prévention des maladies.

Il existe des vaccins qui immunisent votre animal contre plusieurs virus en une seule injection.

Quels animaux domestiques vaccine-t-on ?

  • les animaux de compagnie : chien, chat, pigeon, cheval, lapin, furet
  • les animaux d’élevage : lapin, canari
  • les animaux d’utilité économique : vache, porc, mouton, chèvre, volaille, vison

Quels sont les vaccins légalement obligatoires ?

Les vaccins classiques ne sont pas légalement obligatoires : vous faites vacciner vos animaux de compagnie par amour, afin de leur éviter des désagréments (pouvant être mortels) et de ne pas mettre en danger ceux d’autres personnes.

Les choses sont différentes lorsque vous mettez votre chien, votre chat en pension durant les vacances. Chaque pension exigera que votre compagnon ait été correctement vacciné et traité contre les vers (voir rubriques Parasites) pour qu’il ne représente pas un danger pour lui-même et les autres pensionnaires.

Le seul vaccin rendu obligatoire par la loi est celui contre la rage, une maladie redoutable pour tous les animaux à sang chaud, y compris l’Homme et dont l’issue est fatale.

Si vous partez faire du camping où que ce soit avec votre animal domestique ou que vous vous rendez avec lui en Ardenne (au sud du sillon formé par la Sambre et la Meuse) ou à l’étranger. Il doit avoir été vacciné au moins un mois avant votre départ, un certificat antirabique vous sera remis lors de la vaccination et vous devrez l’emporter avec vous.

Cette mesure a été prise pour vous protéger, vous et votre compagnon, mais également pour prévenir la propagation de la maladie.

Un vaccin peut-il être administré à n’importe quel moment

NON, certaines conditions doivent être respectées.

  • l’animal doit être en bonne santé : une vaccination est destinée à provoquer une réaction de défense active de la part du corps, qui produit alors des anticorps destinés à combattre la maladie. Chez un animal malade, le système de défense (système immunitaire) est soit affaibli, soit en train de lutter contre une maladie en cours. Administrer un vaccin dans cette situation revient à surcharger le système de défense qui livre déjà un combat. Dans ce cas, soit l’animal devient plus malade encore, soit le vaccin n’a aucun effet et l’animal n’est, malgré la vaccination, toujours pas protégé contre les maladies que l’on espérait prévenir
  • vacciner un chiot ou un chaton avant 6 semaines n’a pas de sens : jusqu’à cet âge, les jeunes animaux reçoivent les anticorps de leur mère, par l’intermédiaire du placenta et du lait maternel (appelé colostrum). Ils sont donc immunisés naturellement. Si on administre un vaccin alors que les anticorps de la mère circulent dans l’organisme du jeune animal, ces anticorps vont détruire le vaccin de sorte que celui-ci n’offrira aucune protection au petit. Les anticorps maternels disparaissent lentement du corps du jeune animal. L’âge auquel ils ont disparu varie de 6 à 12 semaines ; ce n’est qu’alors qu’un vaccin peut faire son effet. Le problème est qu’il est impossible (à moins d’effectuer des analyses sanguines coûteuses) de savoir si le jeune animal possède encore des anticorps maternels : chez un sujet, ils disparaissent à 6 semaines, chez l’autre, à 12 semaines. C’est pourquoi les jeunes animaux doivent impérativement être vacciné deux fois (la primo-vaccination et le rappel).

Chez les chatons, ces vaccins sont administrés à 9 et à 12 semaines.

Chez les chiots, ils sont administrés à 6, 9 et 12 semaines.

Pourquoi les rappels sont-ils nécessaires ?

  • L’intérêt d’effectuer un rappel à 12 semaines a été expliqué au point 5.
  • Les vaccinations doivent être répétées chaque année (= le rappel annuel) ; la protection offerte par le vaccin n’étant active que pendant environ un an, il est nécessaire de restimuler la production d’anticorps (actifs à leur tour pendant un an).

Un animal âgé a-t-il encore besoin d’être vacciné ?

OUI, sans conteste, sa résistance est moindre que celle d’un animal jeune, si l’animal est en bonne santé au moment de la vaccination, le vaccin ne lui causera aucun désagrément.

Rendez-vous aux rubriques vaccins pour les chiens et pour les chats pour connaître mieux les maladies virales que peut contracter votre compagnon et contre lesquelles il peut être préventivement protégé.



Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos services. En poursuivant la navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies.

En savoir plus
OK