L'éducation du chien

L’éducation de votre animal devra être adaptée à sa personnalité pour lui permettre de développer ses pleines compétences d’apprentissage et d’autonomie.

 

 

 

La socialisation du chiot

 

educ_cn_1.jpg

Le chiot, dès ses premières semaines, va découvrir son identité grâce à ses frères, sœurs et parents. Il pourra ainsi identifier chaque congénère comme de son espèce, quelle que soit la morphologie des chiens qu’il rencontrera.

Au-delà de cette identification intra-spécifique, il se socialisera aux humains et pourra développer un lien d’attachement à ceux-ci. Il deviendra un animal social, dépendant de sa famille d’adoption pour ses repas, lieux de couchage, sorties, apprentissages, interactions sociales et affectives.

Pour favoriser le bien-être de votre animal et développer une relation harmonieuse, il est indispensable d’être pour lui un guide qui posera un cadre juste et bienveillant visant à son autonomie.

Les apprentissages devront se faire avec respect et douceur, par des méthodes basées sur le renforcement positif, quelle que soit sa race, c’est-à-dire basées sur la motivation de votre animal, gage de la création d’un lien de confiance.

 

 

La période d’imprégnation (dite aussi « socialisation primaire ») :

Le chiot va retenir toute association faite jusqu’à ces 4 mois (plus tôt chez les races lupoïdes). Cet apprentissage continuera toute sa vie mais les acquis des premiers mois seront durables à plus long terme voire définitifs. Les cognitions seront inscrites comme sur une carte mémoire venant prendre place de manière immuable et se fixer sur les connexions neuronales. Elles influenceront ses futures interactions.

Il est donc indispensable que votre chiot connaisse un maximum de morphotypes d’humains, espèces animales familières et environnements variés dès son plus jeune âge.

Mais surtout, il doit les associer positivement.

Toute imprégnation mal faite peut laisser de graves séquelles chez votre compagnon de vie.

En cas de doute, n’hésitez pas à consulter un comportementaliste qui vous conseillera au mieux dans le travail que vous mettrez en place avec votre chiot.

 

 

Limportance d’une éducation en renforcement positif

 

 

Le chien apprend de diverses manières : par imitation, contagion sociale, habituation, conditionnement associatif (classique et opérant). Il assimile rapidement qu’un comportement entraine une conséquence. Au cours de ses apprentissages, il mettra alors en place différents actes qui interagiront avec son environnement.

 

Il est important de comprendre ceci : tout comportement produit, l’est pour une raison spécifique. S’il est réitéré, votre animal est donc renforcé en l’exécutant.

 

De nombreuses recherches scientifiques ont permis de démontrer les bienfaits d’une éducation basée sur le renforcement positif dans l'apprentissage du chien, dans des émotions stables.

 

Pour ce faire, il faut récompenser les bons comportements avec une friandise, un jeu et tout autre renforçateur intrinsèque et/ou extrinsèque de haute valeur pour l’animal .

Ainsi les apprentissages se feront dans la bonne humeur permettant une relation équilibrée et sereine.

 

Tout comportement jugé inadéquat devra être modifié par anticipation, en gérant l’environnement et en montrant immédiatement au chien le comportement alternatif désiré.

Vous pouvez également, si le mauvais comportement se produit, retirer un bénéfice pour votre animal, mais ne JAMAIS avoir recours à des méthodes punitives.

L’apprentissage de votre animal dépendra des méthodes utilisées, de ses besoins en termes d’activités qui devront être comblés et surtout de ses humeurs, émotions dont il faudra tenir compte.

 

 

 

Les tests de caractère chez le chiot

 

Quels que soient les observations et tests que vous ferez, aucun ne vous permettra de connaitre la personnalité qu’aura votre chiot à l’âge adulte. En effet, la génétique révélant la personnalité à l’adolescence, les seules indications que vous pourrez obtenir se feront par l’observation du comportement des parents de votre chiot et ceux de la lignée précédente.

Néanmoins, un chiot avec des peurs, des comportements agressifs et tout autre problème déjà présent, aura de forte chance de garder ce bagage. Orientez-vous donc vers un chiot bien dans ses pattes et venant de lignées équilibrées.

 

 

 

Les mordillements


mordillement_chien.jpg

 

Naturellement le chiot découvre le monde en mettant en bouche (stade oral). Cependant, les mordillements arrivent bien souvent au cours du jeu, en raison de l’excitation.

 

L’apprentissage de la morsure sociale doit être poursuivie à l’arrivée du chiot chez vous. Cet apprentissage se fait dès les premières semaines par le jeu avec ses frères et sœurs. Lorsque le chiot mord trop fort son congénère, ce dernier pousse un cri aigu de douleur et c’est alors que le jeu prend fin. Ainsi le chiot ayant mordu trop fort apprendra petit à petit à contrôler la pression exercée par sa mâchoire. Cet apprentissage est important.

Si votre chiot vous mord trop fort, stoppez immédiatement le jeu et écartez-le un petit instant pour reprendre les interactions par la suite, lorsqu’il sera plus calme.

S’il ne parvient pas à se calmer, redirigez ses morsures sur un objet (type boudin) à mettre en gueule pour apprendre que le besoin de mordre (moyen de se réguler émotionnellement) est tout à fait réalisable mais devra se faire sur autre chose que vous-même.

A nouveau, si votre chiot se focalise de manière excessive sur vos mains, donnez-lui un os cru adapté à sa mâchoire ou un kong farci qui lui permettront de s’apaiser.

 

Rassurez-vous, vous ne récompenserez pas le comportement de morsure mais bien celui de rediriger sur autre chose que vos mains.

 

 

La propreté

 

L’une des premières préoccupations : l’apprentissage de la propreté. Cette éducation est à l’opposé de ce qu’il a vécu auparavant, avec sa mère, qui stimule l’élimination en faisant la toilette de son chiot et cela se passe dans le nid, lieu de la naissance.

Il vous faudra être vigilant à tous les signes de besoin d’élimination pour lui montrer au moment opportun l’endroit où se diriger.

Si votre chiot renifle, s'agite dans le quart d’heure qui suit son repas, son réveil, la prise de boisson ou le jeu : il est impératif de le sortir.

Aux moments d’élimination à l’extérieur, félicitez-le.

Aidez-vous d’une friandise qui permettra des associations plus rapides.

 

Pour tout dérapage ou échec, il ne sert à rien de réprimander votre chien qui n’en comprendra pas la raison alors qu’il est en train de produire un comportement naturel.

 

La propreté de votre chiot dépendra de votre attention et de votre gestion.

Toutefois, si votre animal ne parvient pas à éliminer à l’extérieur, il se peut qu’il soit trop excité ou, à l’inverse, anxieux.

Il sera alors important d’en faire part à un professionnel.

 

 

 

La marche en laisse

 

laisse.jpg

De la patience, de la rigueur et un chien bien dépensé avant de faire des exercices d’auto-contrôle.

La marche en laisse détendue : utile mais probablement l’un des exercices les plus ennuyants et les moins naturels pour un chien.

Pourquoi ? Parce que sa vitesse de croisière est 3 fois supérieure à celle de l’humain. Vous comprendrez alors la difficulté de cette demande pour votre animal.

 

Comment s’y prendre ?

Munissez-vous du bon matériel :

- Une laisse classique.

Evitez les laisses à enrouleur, qui apprennent au chien à tirer pour avancer. Elles pourront en revanche être utilisées dans d’autres contextes tels que les promenades en forêt, parcs, etc. donnant plus de liberté à votre animal.

 

- Un harnais anti-traction (attache avant) dégageant bien les épaules type « Truelove ». 

 

Le travail de focus de votre chien sur vous est la base. Vous devez travailler à focaliser l’attention de votre chien sur vous.

Munissez-vous de ses friandises préférées et récompensez chaque comportement de concentration sur vous : regard, proximité.

Par la suite, arrêtez-vous si votre chien tire, arrive en bout de laisse et demandez-lui de revenir à vos côtés avant de repartir.

Le fait de poursuivre la promenade est déjà un renforçateur mais lorsque votre animal revient à vos côtés, n’hésitez pas à le récompenser doublement en lui donnant une friandise. Autant mettre toutes les chances de son côté !

 

La laisse doit être toujours en U (laissez du mou) et chaque tension exercée implique un arrêt de votre part.

Le plus important est de travailler en amont pour avoir l’attention de votre chien. Ne le laissez pas arriver en bout de laisse, ce qui vous donnerait des mouvements de va-et-vient, loin d’être l’objectif.

La marche en laisse détendue : c’est tout un apprentissage mais si vous suivez ces quelques conseils, vous serez sur la bonne voie !

 

 

Préparation aux manipulations / Medical training

Dès le plus jeune âge, il est recommandé de préparer votre chien aux manipulations vétérinaires afin qu’elles soient associées à du plaisir.

Pour se faire, touchez-le sur certaines parties de son corps et donnez-lui sa friandise préférée. Procédez de manière progressive, à son rythme, afin de ne pas créer l’effet inverse : le sensibiliser.

Procédez quotidiennement à de légères manipulations (regardez les oreilles, les yeux, le tenir, etc.) suivies de sa friandise préférée.

 

Pour tous les chiens sensibilisés, l’aide d’un coach comportementaliste travaillant le médical training pourra permettre d’améliorer grandement le bien-être de tous lors de ces manipulations.

 

           - Bien être et confiance -

 

Julie Sanchez
Coach comportementaliste canin & félin

info@comportement.be - 0487/91.83.04

www.comportement.be

julie_educ_chien.jpg


La lettre d'info

En savoir plus
Accepter